Ansade.fr » Mes passions » Cigarette électronique pas chère : que savoir de plus sur cigarette électronique pas chère ?
Le

Cigarette électronique pas chère : que savoir de plus sur cigarette électronique pas chère ?

Les cigarettes électroniques sont commercialisées sous différentes formes, mais elles sont généralement toutes composées de :

  • une batterie pour la recharge, avec un adaptateur USB.
  • une cartouche pour l’e-liquide, contenant des arômes, de la nicotine et le plus souvent du propylène glycol.
  • un microprocesseur pour le réglage de la température.
  • un pulvérisateur pour la vaporisation de l’e-liquide.

La cigarette électronique est réutilisable et donc rechargeable. Ce qui est nécessaire, c’est d’acheter les e-liquides qui sont vendus dans de petits flacons en plastique de 10 à 30 ml. L’unité coûte de 4 à 30 euros maximum.

Le microprocesseur permet l’échauffement de l’e-liquide, afin de générer de la vapeur froide, tiède ou chaude, selon le modèle de la E-cigarette. Pour ce qui est de la batterie, qui est en lithium-ion, elles dépendent, pour leur autonomie, de la taille et leur intensité. Plus une batterie est grande, plus son intensité élevée, plus son autonomie est importante. Elle s’exprime en milliampères/heures (mAh).

Il existe deux types de batterie, la première est manuelle et a un bouton pour déclencher l’aspiration, et la second est l’automatique et se déclenche seule, lors de l’aspiration. Toutes les batteries des divers modèles existants sont fournies avec un un USB pour le rechargement via un secteur ou un ordinateur.

Une cigarette électronique était-elle vraiment si chère que ça ?

Généralement, l’usage d’e-cigarette coûte dans les environ de 27 euros par mois, avec un achat de matériel inclus bien évidemment, quand à l’usage quotidien d’un paquet de cigarettes par jour revient à 165 euros par mois.

La cigarette électronique, permet-elle l’arrêt du tabac ?

Contrairement aux cigarettes classiques, les cigarettes électroniques ne brûlent pas de tabac et n’ont ni goudron ni monoxyde de carbone. Ainsi, elles sont conçues pour que les utilisateurs inhalent la nicotine par la vapeur plutôt que par la fumée d’une cigarette traditionnelle.

En raison de la multitude d’études et d’informations sur la dangerosité de la cigarette électronique, souvent contradictoires et de qualité scientifique discutable, l’expérimentation et l’usage de la cigarette électronique sont en baisse ces dernières années, tandis que l’usage quotidien est assez stable.

D’une part, la diffusion de la cigarette électronique a nettement ralenti, et d’autre part, son utilisation est majoritairement quotidienne. Il semblerait, donc, que les cigarettes électroniques, bien que leur taux d’utilisation soit en baisse, demeurent privilégiées par les fumeurs pour arrêter de fumer ou du moins pour contourner les politiques restrictives en matière de tabac.

Mais aussi sur le site :